Alcool? Pire que l’héroïne ou la cocaïne

27 Apr

Une étude publiée par le British Medical Journal et par la revue The Lancet, certifié de l’alcool comme  le plus nocif  médicament sur une liste de 20 substances différentes. Contrairement à la croyance populaire, l’alcool a été positionné au-dessus des  les substances plus destructrices en “classe A”  comme l’héroïne et le crack.

L’étude, menée par un panel du comité scientifique indépendant sur les médicaments, estime que les effets néfastes de chaque substance basée sur un ensemble de critères pour l’impact physique, psychologique et sociale.

L’étude, financée par le Centre d’études sur le crime et la justice (Royaume-Uni), a été réalisée en utilisant un processus appelé multi-critères analyse décisionnelle de modélisation des données  (MDA), donnant un score pour les effets sur les individus et les autres.

Parmi les effets physiques d’un seul médicament est également considérée  la mortalité, la mortalité liée à la dépendance et des troubles de fonctionnement mental. L’impact L’autre considère la criminalité, dégradation de l’environnement, coût économique, les effets sur les familles.

Parmi les 16 critères utilisés au total, neuf sont liées à l’impact d’un individu et sept autres personnes. Ces critères ont ensuite été pondérées en fonction de leur impact global.

L’héroïne, le crack et la cocaïne, la metanfetamine  sont les plus nuisibles à ses utilisateurs, car ils ont été signalés comme les plus dangereux pour les autres, mais classement général dans l’alcool n’a pas “rivaux”.

Dans l’ensemble, l’alcool a reçu un score de 72, en battant tous les autres médicaments à l’étude, qui domine les scores dans les critères de coût économique, l’adversité familiale et les blessures. Mortalité est également élevé, comparable à l’héroïne et le tabac.

En ce qui concerne la cocaïne, en particulier, il est probable que l’étude sous-estime les dégâts sociaux, en termes de pouvoirs de la corruption et le caractère invasif des mafias, mais il est clair que les règles en usage – en France comme ailleurs – sous-estimer les dommages causés par l’alcool et par les lois, trop bénignes avec le “movide” ou le «bon vin de mon grand-père» et trop dur contre la “drogue”.

L’étude, en effet, conclu que l’approche du gouvernement britannique pour la mise en place de sanctions pénales pour possession et distribution de médicaments a “rien à voir la preuve du dommage” et recommande fortement que “une stratégie valable et nécessaire pour la santé publique qui vise d’affecter les dommages causés par l’alcool. “

Entre autres choses, selon une autre étude publiée dans The Lancet en ces jours, a augmenté le nombre des jeunes femmes âgées de 13-15 ans, en particulier aux Etats-Unis, l’Autriche et l’Irlande – qui sont “binge drinker”, c.-à-boire cinq verres ou plus en une journée. Décès de coma éthylique chez les adolescents augmente de façon alarmante.

Envoier enfants en prison avec un spinelle, tolérer grands groupes de milliers de jeunes pour la plupart “ivre”, permettre publicités pour l’alcool – si elle n’est pas, en effet, l’utilisation d’enfants par la publicité dans les médias (Cantine Ronco San Crispino en Italie) – ne veut certainement pas faire grand-chose pour empêcher nos jeunes sont en bonne santé.

En outre, certains n’ont pas la légalisation de la consommation – comme il arrive vice-versa pour les drogues plus nocives, de l’alcool – nous laisse tout un «marché» dans les mains des mafias (2-5% du PIB?) et la renonciation d’un levier de taxe multi-milliards de euros, laissant les milieux de drogues dans les rivières sans aucun contrôle sur les substances utilisées, sans tenir compte du fait que, dans de nombreux cas, les toxicomanes sont presque réduits “comme”  à l’esclavage.

Une grande contradiction que l’Europe «civilisée» va faire face à un «péché originel» que le «atlantique» apportent avec eux à partir de quand ils ont essayé de coloniser la Chine avec l’opium turc.

Aussi cette question va changer dans le Millennium III.
Et ni Le Pen,  ni Sarkozy, ni Hollande sont très rassurant de ce point de vue, que ce qu’ils ont ni les brasseurs Allemands ni les vignerons italiens, que Merkel et Bersani représentent …

originale postato su demata

Fonte: The Lancet, Volume 376, Issue 9752, Pages 1558-1565, 6 novembre 2010/11/05

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: